02/04/2014

Mombasa (Kenya) - conseil voyageur :Mombasa sécurisée après le meurtre d'une figure de l'islam radical

image.jpg


Des patrouilles armées de la police surveillaient mercredi les rues de Mombasa, principale ville de la côte kényane, très majoritairement musulmane, au lendemain du meurtre d'une figure de l'islam radical kényan, enterrée dans la foulée.
Abubaker Shariff Ahmed, alias "Makaburi", abattu mardi en début de soirée en pleine rue par des tireurs en voiture, a été enterré en "martyr" peu après minuit. C'est la troisième personnalité rattachée à la mosquée Musa de Mombasa, présentée comme le coeur de l'islam radical kényan, à être assassinée en moins de deux ans.
Les meurtres par balles en août 2012 de l'imam Aboud Rogo Mohammed, principal prédicateur de la mosquée, puis de son successeur Ibrahim Ismail en octobre 2013, avaient à chaque fois déclenché de violentes émeutes à Mombasa, leurs partisans, Makaburi en tête, qualifiant leurs assassinats d'"exécutions extrajudiciaires" attribuées aux autorités kényanes.
"Nous ne savons pas qui les a tués et pourquoi", a déclaré un responsable local de la police mardi soir au sujet de Makaburi et d'un jeune homme qui se trouvait en sa compagnie au moment des tirs.
L'atmosphère dans la deuxième ville du Kenya, principal port d'Afrique de l'Est, était tendue mercredi matin mais aucun incident n'était signalé.
Des appels à la retenue ont été diffusés via les hauts-parleurs de la mosquée Musa tout au long de la nuit et sur les radios locales, et des effectifs importants de policiers étaient déployés à travers la ville, notamment devant des églises et dans le quartier de la mosquée Musa.
Seul bref incident mardi soir, la police a dû tirer en l'air pour disperser une foule de partisans de Makaburi en colère, rassemblés autour d'un poste de police où son corps avait été transporté, pour réclamer sa dépouille, finalement remise à sa famille en fin de soirée

La semaine dernière, plus de 100 personnes ont été arrêtées suite à l’attaque contre une église à Mombasa qui avait fait 6 morts.
Le ministère britannique des Affaires étrangères a émis une mise en garde aux voyageurs, disant que l'assassinat avait "fait monter la tension" à Mombasa.

D'autre part, plus de 600 personnes ont été arrêtées dans l’Eastleigh, quartier somalien de la capitale kenyane après les explosions Rechercherexplosions qui ont fait 6 morts, lundi en fin de journée à Nairobi RechercherNairobi
Plus de 600 personnes ont été arrêtées dans l’Eastleigh aussi appelé "Petit Mogadiscio RechercherPetit Mogadiscio", quartier qui concentre une forte population Somalienne, suite aux triples explosions Rechercherexplosions du lundi 31 mars, d’après un porte-parole de la police.
L’attaque qui a fait six morts et 25 blessés n’a pas été revendiquée mais déjà le groupe islamiste somalien Al shebab est indexé. Al shebab qui avait été tenu pour responsable de l’attaque du centre commercial du Westgate en septembre 2013 qui avait fait 67 morts.

Les commentaires sont fermés.