15/03/2014

Disparition du vol MH 370 de Malaysia Airlines ( 15.03.2014 ): la Malaisie parle d'action délibérée mais ne confirme pas un détournement

KUALA LUMPUR - Les mouvements du vol MH370, disparu il y a une semaine après avoir brusquement quitté sa trajectoire, ont été provoqués par une action délibérée, a annoncé samedi le Premier ministre malaisien Najib Razak, qui n'a cependant pas confirmé un détournement.

image.jpg

Les systèmes de transmission de données du Boeing 777 ont été désactivés, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, mais des contacts satellites ont été relevés pendant plus de six heures et demi après la disparition de l'avion des écrans radars civils. L'appareil était alors à mi-chemin entre les côtes de Malaisie et du Vietnam, une heure après son décollage de Kuala Lumpur, à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord. Il était 01H30 du matin, samedi 8 mars. L'avion a ensuite changé de cap, s'orientant vers l'ouest, est repassé au-dessus de la péninsule malaisienne, en direction de l'Océan indien. Ces mouvements sont cohérents avec une action délibérée de quelqu'un à l'intérieur de l'avion, a déclaré le chef du gouvernement.

image.jpg

Mais malgré des informations de presse évoquant un détournement, je souhaite être très clair: nous en sommes encore à enquêter sur toutes les possibilités qui ont pu provoquer le changement de direction du MH370, a-t-il dit. Il a également annoncé l'arrêt des recherches en mer de Chine méridionale, en raison de ces informations indiquant que l'appareil avait dévié sa route vers l'ouest de la péninsule malaisienne. Nous mettons fin à nos opérations en mer de Chine méridionale et nous réexaminons le déploiement de nos forces, a déclaré le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse. Le "New York Times" avançait vendredi que le Boeing 777 aurait changé plusieurs fois de direction et d'altitude, après la perte de contact. L'avion serait monté jusqu'à 45'000 pieds (13'700 mètres d'altitude), bien au-dessus de la limite autorisée pour un Boeing 777, avant de descendre de manière irrégulière jusqu'à 23'000 pieds, soit en dessous de la hauteur de croisière, à l'approche de l'île de Penang.

Si les autres pistes possibles de l’enquête ne sont pas abandonnées, celle du détournement qui reste à confirmer va désormais être minutieusement examinée par des enquêteurs qui vont scruter la personnalité et les fiches de chaque passager et personnel de l’équipage, notamment des pilotes.

6 heures après sa disparition des écrans radars de Boeing, les satellites auraient enregistré des signaux, encourageant les enquêteurs à se focaliser sur deux zones de recherches prioritaires excluant la mer de Chine : un premier couloir entre le Kazakhstan et la Thaïlande, un autre entre l’Indonésie et l’océan Indien.

Car l’avion aurait changé plusieurs fois de direction et d’altitude peu après sa disparition. Selon le New York Times qui cite des sources américaines proches de l’enquête, le triple Sept serait monté à 45 000 pieds (13 700 mètres d’altitude), soit bien au-dessus de la limite autorisée pour ce genre d’avions avant de redescendre à 23 000 pieds, en approchant de l’île malaisienne de Penang.

Une telle action est forcément le fait d’un « pilote expérimenté, compétent et en activité » explique une source militaire sous couvert d’anonymat. Une perquisition a d’ailleurs été mené au domicile de Zaharie Ahmad Shah, commandant de bord de 53 ans, aussi un grand connaisseur du 777 avec plus de 18 000 heures de vol sur ce type d’appareil. Nul doute que d’autres suivront.

 

Si une telle intervention humaine capable de désactiver délibérément les systèmes de transmission de l’avion est avérée, l’idée que l’avion ait pu atterrir sur un mystérieux aéroport redonne espoir aux familles des passagers et de l’équipage, des familles bien malmenées par les nombreuses hypothèses éparses émises par enquêteurs et médias depuis une semaine.

                                Retour à la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be

Les commentaires sont fermés.