15/03/2014

L'Italie s'inquiète de l'emprise de la mafia dans le tourisme

La justice italienne a saisi pour 420 M€ de biens appartenant à des clans mafieux, notamment des complexes touristiques, à Rome et sur les beaux sites de la côte ionienne

        

Des complexes touristiques, des cafés : le parquet de Reggio de Calabre (sud de l'Italie) a annoncé jeudi la saisie de biens appartenant à des clans mafieux de la 'Ndrangheta pour une valeur totale de 420 millions d'euros.

La mise sous séquestre concerne des établissements touristiques sur la côte ionienne (Africo, Marina di Gioiosa Ionica), des entreprises de construction, des véhicules utilitaires et voitures de luxe, des comptes courants et d'autres investissements financiers relatifs à 40 personnes -dont 20 avaient fait l'objet d'un mandat d'arrêt le 5 mars dans le cadre de l'opération Metropolis-. Ils sont membres des clans Aquino et Morabito.

Des activités commerciales ont été placées sous scellés également à Rome dont le café "Fiume" près de Via Veneto, Champs-Elysées de Rome.

L'enquête a montré que les deux puissants clans de la 'Ndrangheta avaient bâti un réseau complexe de sociétés en Italie et à l'étranger pour obtenir par intimidation, la gestion et la réalisation de complexe touristiques et immobiliers dans les plus belles zones de la Calabre.

Prédilection pour les bars, cafés et établissements de luxe

Après l'opération ayant conduit aux arrestations, la direction anti-mafia de Reggio avait chargé une cellule policière spécialisée dans les questions fiscales à Reggio, ainsi que l'unité Scico de Rome et une cellule policière à Locri d'enquêter sur les finances des personnes arrêtées et leurs familles.

L'association réputée de lutte contre la mafia Libera a parlé d'"alarme rouge" en déplorant "la force économique des mafias et l'axe désormais consolidé entre Reggio de Calabre et Rome".

"Il est désormais clair que la capitale a été choisie comme lieu privilégié pour réinvestir et blanchir l'argent des boss", a indiqué l'organisation, en félicitant les forces de l'ordre et la magistrature pour ce "nouveau revers infligé à la tête économique de la Ndrangheta".

"Les mafias sont des holdings financières et il est évident qu'elles misent avec force sur Rome et ses alentours. Les saisies de biens des dernières années montrent qu'elles ont pour prédilection les bars, cafés, restaurants de luxe et établissements à la mode", a ajouté Libera.

Le fameux "Café de Paris" de Via Veneto, fréquenté dans les années 60 par Federico Fellini et Marcello Mastroianni a été fermé récemment pour des raisons économiques et sa quinzaine de salariés licenciés, après avoir été confisqué en 2009 à la Ndrangheta qui en avait pris le contrôle via un prête-nom, un barbier ne disposant d'aucun revenu. AFP

                                                                           

 

                    Retour à la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be

Les commentaires sont fermés.