13/03/2014

Société expatriation - Belgique : Tous nos amis français installés en Belgique ne sont pas des exilés fiscaux !

Un article d’Anna Cabana publié dans le Point le 23 janvier dernier fait beaucoup parler de lui Outre-Quiévrain. Sur 5 pages, la journaliste décrit des Français d’Ixelles, banlieue chic de la capitale belge, vivant "dans la peur, la colère et le mal du pays". Caroline Laporte, une conseillère communale de nationalité française, s’insurge contre ces clichés

Anna Cabana n'a pas fait dans la dentelle dans son article sur les "exilés fiscaux" de Belgique paru dans le Pointt: "Ils ont peur. Peur de la "brigade financière". Peur d'être repérés. Peur de se signaler". Les Français d'Ixelles vivraient "avec la sensation, permanente, obsédante, d'être traqué... par le fisc. L'ennemi. La bête tentaculaire qui jamais ne les laisse en paix". Il faut dire qu'IXelles, compte 11.500 ressortissants français pour 83.000 habitants. Caroline Laporte s'insurge contre ce texte et nous publions son droit de réponse.

DROIT DE RÉPONSE :

 

"En ma qualité de Conseillère Communale (Municipale) à Ixelles et citoyenne française, c’est avec indignation que j’ai pris connaissance de votre article « Les sanglots longs des exilés d’Ixelles ». Les propos que tiennent Mme Cabana ne reflètent que ses préjugés et sont une insulte aux Français d’Ixelles et plus largement à la communauté française dans son ensemble. Nombre de mes administrés ont vivement réagi à la suite de la parution de votre article, soulignant combien leurs conditions de vie et leur insertion dans la société belge sont en décalage avec la caricature que votre magazine en donne. De façon tout à fait symptomatique, Mme Cabana assume tout à fait son parti-pris par l’emploi du terme « exilé » qui, je le rappelle, ne correspond à aucune réalité d’ordre légal ou moral. Confondre tous les expatriés français (dont la situation en Belgique est tout à fait régulière) avec des fraudeurs fiscaux montre le peu de considération que Mme Cabana fait des acquis de la construction et de la citoyenneté européenne qui consacrent la libre-circulation des personnes dans l’espace Schengen. Par ailleurs, réduire la population française installée à Ixelles, à Bruxelles ou dans l’ensemble du pays à quelques vivaces clichés occulte sciemment la réalité de l’existence des Français en Belgique.

L’expatriation est un choix et non un exil, l’expatriation incarne un droit et une liberté d’esprit, il est malheureux de constater que pour Mme Cabana, ces mots sont synonymes de fraude et de délits. Quoi de plus de naturel dans le cadre européen que de s’établir à l’étranger, quoi de plus naturel que de choisir un environnement francophone et pour certains quoi de plus naturel que de suivre son conjoint. Nous sommes bien loin des motivations fiscales ! Il est regrettable de laisser penser à nos amis belges que leurs voisins français seraient des fugitifs fiscaux. Nous vivons heureusement dans une Europe ouverte, je vous invite à découvrir les charmes de la vie hors de nos frontières, et ce dans un pays chaleureux comme la Belgique. Je serai heureuse de vous accueillir pour une visite de notre charmante commune".

Droit de réponse de Caroline LAPORTE
, Conseillère communale à Ixelles.

                         Retour à la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be 

Les commentaires sont fermés.