12/03/2014

Thailande - Bangkok Khao San Road : Lieu de rendez-vous de l'industrie des faux papiers ?

Alors que les interrogations restent nombreuses sur la disparition de l'avion de Malaysia Airlines, renaît la polémique sur la piste de passeports volés et utilisés par au moins deux passagers du vol MH 370.

La Thailande est pointée du doigt comme base tournante de la vente de faux documents d'identité, aussi l'article publié voici près d'un an par nos excellents confrères de Thailande fr nous interpelle.

Nous vous le livrons tels que publié en janvier 2013.

          Permalien de l'image intégrée

Et si vous pouviez devenir citoyen américain, journaliste au Washington Post et diplômé d’Harvard ? En Thaïlande c’est possible, du moins sur le papier.

Carte d’identité, passeports, carte d’étudiant, permis de conduire, carte de presse ou même certains diplômes d’Etat : au paradis de la contrefaçon il est possible de se fournir en faux papiers, à vos risques et périls.

Alors si vous souhaitez vous faire passer pour un agent du FBI ou un avocat du barreau de New York, il n’y a qu’un endroit où aller à Bangkok : Khao San Road, le quartier des routards.

Il suffit de faire quelques mètres seulement pour déjà apercevoir des stands proposant ces faux papiers. Certains possèdent même un classeur bien épais contenant tous les documents disponibles.

   

On y trouve du vrai comme du faux, des passeports originaux volés, perdus, vendus ou des copies, parfois d’assez mauvaise qualité.

Des touristes vendent leur passeport contre une somme d’argent et le déclarent ensuite volé ou perdu pour en obtenir un autre.

Les cartes d’étudiant restent les moins cher, autour de 250 bahts, car il suffit juste d’ajouter une photo puis un film plastique autocollant à une carte déjà imprimée. Pour les autres cartes il faut compter plus de 600 bahts car il s’agit de photos imprimées à même la carte et qui nécessitent un peu de travail informatique. Pour les passeports et carte d’identités, c’est autour de 1000-1500 bahts.

Une fois le document choisi, il faut remplir un papier avec toutes les informations nécessaires, nom, prénom, date de naissance, nationalité, adresse. Ensuite vous payez la moitié de la somme puis l’autre moitié une fois le document remit en mains.

Par exemple, pour la création d’une fausse carte de presse à 1000 bahts, il faut donner 500 bahts avant puis 500 bahts une fois la carte finie. Il faut compter environs 1 heure. Si vous n’avez pas de photos d’identité sur vous, pas de soucis, on vous emmène quelques mètres plus loin dans un magasin Kodak pour vous prendre en photo.

Ensuite il n’y a plus qu’à attendre, alors autant aller se faire masser les pieds pendant une demi heure pour 120 bahts dans un des nombreux salons de massages, ou boire un verre dans les différents bars de la rue.

Les stands de vêtements, coques de téléphones, sacs à mains et montres sont aussi en bon nombre pour vous faire patienter.

Même s’il est extrêmement simple de s’en procurer, il est illégal de présenter un faux document comme étant un vrai ou d’utiliser l’information d’un faux document pour toute demande officielle. Selon la loi thaïlandaise, un acheteur de faux papiers est exposé à la même peine que le vendeur de ceux-ci.

 

Le titre VII du Code Criminel Thaïlandais sur la contrefaçon et la modification de documents contient des dispositions spécifiques contre les falsifications de ce genre. Le Code précise que ces documents incluent toutes les cartes d’identité et passeports de la Thaïlande ou d’autres pays.

La définition de la contrefaçon ou de la falsification est énoncée à l’article 264 du Titre VII comme suit:

  • -Réalisation d’un faux document ou d’une partie d’un document
  • -Ajout, emprunt, ou modification d’un document authentique.
  • -Ajout d’un faux sceau ou d’une fausse signature sur un document, afin de faire croire à toute personne que le document est authentique, d’une manière susceptible de causer préjudice à une autre personne ou à la sécurité publique.

La peine encourue est de 6 mois à 10 ans d’emprisonnement et/ou de 1000 bahts à 200 000 bahts, en fonction du type de faux document utilisé. Par exemple, utiliser un faut passeport entraîne une amende beaucoup plus lourde ainsi qu’une peine d’emprisonnement beaucoup plus conséquente que l’utilisation d’une fausse carte d’étudiant.
Utiliser ou se référer à un faux diplôme professionnel est passible d’au moins deux ans d’emprisonnement et de minimum 4000 bahts d’amende.

La qualité de certains des documents d’identité falsifiés en provenance de Thaïlande est parfois très faible. Par exemple, les hologrammes sur des documents falsifiés produits en Thaïlande n’ont pas grand-chose de commun avec les vrais.

                       Retour à la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be 

Les commentaires sont fermés.