«Nous parlons de sept millions de touristes étrangers cette année, nous sommes optimistes, on sent que le marché frémit, que les gens veulent soutenir une Tunisie démocratique et stable», a déclaré Amel Karboul, dans un entretien à l’AFP, au cours du Salon international du tourisme de Berlin, qui se déroule jusqu’à dimanche.

La Tunisie affichait 6,9 millions de touristes étrangers en 2010, avant de voir ce nombre chuter à 4,7 millions en 2011 pour remonter ensuite lentement la pente les deux années suivantes, selon des chiffres communiqués au Salon.

«Déjà en Allemagne, un marché qui avait beaucoup souffert ces dernières années, on est à +20% pour l’été sur les réservations», a fait savoir la ministre du Tourisme, qui ne dispose pas des chiffres pour toutes les nationalités.

«Les Français, les Allemands doivent revenir, les Britanniques, ainsi que les Russes doivent continuer à passer leurs vacances en Tunisie», a-t-elle ajouté.

À l’avenir, la Tunisie espère bien élargir la provenance de ses clients: «A moyen terme, on regarde d’autres marchés comme la Chine, l’Asie en général, le Japon. Sur le long terme, on réfléchit à l’Afrique, les pays subsahariens. Car il y a aussi beaucoup de richesses, on pense que l’Afrique, c’est la misère, mais c’est un continent qui monte», a-t-elle expliqué.

Pour attirer les visiteurs, Amel Karboul veut «accentuer les efforts sur la propreté et la sécurité dans le pays et mise sur de grands événements, comme les 50 ans du Festival international de Carthage».

La Tunisie a adopté une nouvelle Constitution et formé un gouvernement indépendant remplaçant l’équipe dirigée par les islamistes d’Ennahda, dans la perspective d’élections dans l’année.

Les législatives et la présidentielle doivent stabiliser le pays, dont l’économie, déjà anémique à la suite de la révolution, a souffert des crises à répétition depuis 2011.

                         Retour à la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be