10/03/2014

Le point sur les événements et la disparition du vol de Malaysia Airlines.

Les recherches menées pour retrouver l’avion et les passagers du vol MH370 qui a décollé samedi de l'aéroport International de Kuala Lumpur à destination de Pékin, restent pour le moment infructueuses. Que s'est-il passé, où en est la situation? La piste du terrorisme n'est à cette heure pas évincée. Un point détaillé sur la situation et les derniers éléments connus.

    

Rappel : 239 personnes se trouvaient à bord du Boeing 777 de la Malaysian airlines, disparu en mer de Chine. Quatre Français voyageaient sur ce vol, dont trois membres de la même famille expatriée à Pékin : il s'agit de Laurence W. vice-présidente de l'association des parents d'élèves de l'Ecole Française de Pékin, et de deux de ses enfants, ainsi que l'amie de son fils de nationalité Franco-Chinoise. Les trois adolescents étaient élèves au Lycée Français international de Pékin. A ce stade, personne ne peut se prononcer.

Pourquoi l’avion a disparu des écrans de contrôle radar ? Pourquoi n’a t-il pas lancé d’appel de détresse ? Autant de questions qui restent en suspens et qui génèrent de nombreuses spéculations : l’avion aurait fait demi-tour, des débris auraient été retrouvés en Indonésie, l’avion aurait atterri à Nanming en Chine ou aurait manqué de carburant. Un pilote souhaitant garder l'anonymat et qui aurait décollé 30 minutes avant le vol porté disparu, a déclaré au News Sunday Time qu'il serait rentré en contact avec le vol quelques minutes avant sa disparition, après que le contrôle du trafic aérien vietnamien lui ai demandé de le faire, en utilisant sa fréquence d'urgence, car il n'arrivait pas à établir de contact avec l'appareil. Le pilote a déclaré que la ligne était pleine d'interférences et qu'il avait entendu quelqu'un lui répondre mais de façon à peine audible. Cependant, cette allégation a été démentie peu après par le gouvernement malaisien.

  

Deux heures seulement après avoir décollé de l’Aéroport International de Kuala Lumpur, alors qu’il entrait dans l’espace aérien Vietnamien, le centre de contrôle de Subang a perdu le contact avec le vol MH370. Tout pilote est formé pour effectuer l’appel Mayday s’il rencontre une situation d’urgence. A ce moment là, tout appareil situé dans le même espace aérien laisse la priorité à l’avion en difficulté, afin qu’il puisse procéder à un atterrissage d’urgence. Pourquoi le Commandant de bord n'a t-il pas émis d'appel d'urgence? La question reste entière mais laisse présumer qu'il n'en aurait pas eu le temps. Les deux phases les plus sensibles d'un vol sont le décollage et l’atterrissage. Lorsque l'appareil a perdu le contact, il avait déjà atteint son altitude de croisière. Les experts aériens soulignent qu’un avion ne peut pas se crasher sans raison alors qu’il est en vol. Michel Polacco, spécialiste des questions aéronautiques a déclaré sur I-Télé qu'il existait plusieurs explications possibles à la disparition brutale du vol MH370 de Malaysia Airlines.

  

Il avance que le Boeing aurait pu être victime d'une collision avec un autre appareil, être victime d'un acte terroriste ou encore avoir dû faire face à un phénomène météorologique difficile à gérer. Les derniers éléments sur la situation Cet après-midi, le gouvernement Malaisien a confirmé les informations communiquées hier par le Vietnam concernant des traces de carburant retrouvées en mer, sur une distance de 15 à 20 kilomètres. En effet, dimanche en fin de matinée un avion malaisien a repéré des traces de carburant à 20 nœuds au Sud du dernier point de contact avec le vol MH370. Un bateau a été envoyé sur place pour effectuer des prélèvements dans le but d’analyser la provenance du carburant.

                            

En parallèle, le département de l’Aviation Civile malaisien a envoyé trois avions supplémentaires dans le cadre des recherches. Hier un avion militaire et un sous-marin avaient déjà été déployés. De son côté, Singapour a envoyé deux navires de guerre et un hélicoptère pour aider aux recherches. L’Indonésie, les Philippines, la Chine et les Etats-Unis ont aussi pris part aux recherches. Originaire de Penang, à 53 ans, le Commandant de bord du vol MH370 porté disparu, vole depuis 33 ans pour Malaysia Airlines et a 18.365 heures de vol à son actif.

Décrit comme un homme souriant et surtout comme un excellent pilote, il a piloté différents types d’avions tout au long de sa carrière : Fokker F50, Boeing 737, Airbus A300 et Boeing 777. Il est aussi un examinateur autorisé à conduire les simulations de tests de pilotage pour les futurs pilotes. L’officier pilote, Fariq Ab Hamid, un Malaisien de 27 ans avait quant à lui rejoint la compagnie aérienne en 2007 et comptait 2.763 heures de vol. Du haut de ses 66 ans, MAS est une compagnie aérienne réputée. Skytrax, l’a classée parmi les sept meilleures compagnies aériennes au monde, classées cinq étoiles au niveau de leurs qualités de services. Elle a par ailleurs rejoint l'alliance Oneworld en 2013. Malaysia Airlines a été une des premières compagnies à équiper sa flotte de Boeing 777-200. A ce jour, elle en possède 15, chaque avion ayant entre 13 et 14 ans. L’appareil concerné avait précisément 11 ans et 10 mois. En 2012, l'avion aurait subi des réparations importantes suite à une collision avec un autre avion de la compagnie China Southern Airlines sur le tarmac de l'aéroport de Shangai.

Le bout de son aile droite avait notamment était remplacé. Cependant, à cette heure, rien ne peut rendre responsable Malaysia Arlines, ou l'appareil concerné. Depuis 1947, la compagnie a connu trois accidents mortels, dont un lié à un détournement. Ci-dessous, l'historique des crashs aériens de Malaysia Airlines :

image.jpg

Commercialisé depuis 1995, le Boeing 777, plus grand biréacteur au monde est connu pour être un modèle très sûr. Il a atteint le record de la plus longue distance parcourue durant un vol de déroutement, en volant durant 177 minutes avec un seul moteur

            Retour à la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be  

Les commentaires sont fermés.