07/03/2014

Moment d'histoire : Il y a 490 ans, Verrazane explorait la côte nord-américaine

Le 7 mars 1524, Jean de Verrazane aborde en Amérique du nord. Il remonte la côte jusqu'à une rivière qu'il baptise Vendôme et qui sera plus tard appelée Hudson.
À son embouchure naîtra un siècle plus tard la ville de New York. Le navigateur baptise cet endroit Terre d'Angoulême en l'honneur du roi de France François 1er, ex-duc d'Angoulême. C'est le premier contact officiel d'un Européen avec le territoire des futurs États-Unis (exception faite de la Floride, abordée par les Espagnols en 1513).
Verrazane poursuit sa route vers Terre-Neuve. Sur une carte datée de 1529, il représente l'embouchure du Saint-Laurent et lui donne le nom de Nova Gallia. C'est la première évocation connue de la Nouvelle-France (le Québec actuel), dont Samuel de Champlain jettera les fondations en 1608.

image.jpg


Un Florentin au service de François 1er
Né aux environs de Florence en 1485 sous le nom de Giovanni da Verrazano (ou Verrazzano), le navigateur est entré l'année précédente au service du roi de France, dont l'intérêt pour les explorations a été éveillé par les succès des navigateurs espagnols et portugais.
Le Florentin reçoit du roi François 1er mission de découvrir une voie maritime permettant de gagner l'Asie des épices en contournant le continent américain par le Nord-Ouest (autrement dit le Nord du Canada actuel). Il part de Dieppe avec un équipage normand et une caravelle, La Dauphine, armée par son ami Jean Ango.

image.jpg


Après avoir longé la côte nord-américaine, Jean de Verrazzane va s'apercevoir qu'il n'existe pas de passage du Nord-Ouest, ou du moins que celui-ci est caché sous les glaces et impraticable. Il repartira néanmoins pour une ultime exploration aux frais d'un consortium privé. Il se fera tuer et dévorer par des cannibales sur une île des Antilles.

Les commentaires sont fermés.