28/02/2014

Le Moorea Ferry est arrivé au Vanuatu

PORT-VILA, jeudi 27 février 2014 (Flash d’Océanie) – Le Moorea Ferry, qui assurait la liaison entre l’île principale de Polynésie française, Tahiti, et son « île sœur » de Moorea, a fait une arrivée remarquée dimanche au quai de la capitale Port-Vila.


Configuré pour 300 passagers lors de son service polynésien, ce ferry, construit en 1986 au Japon, devrait, à Vanuatu, être modifié et rebaptisé « Vanuatu Ferry » pour pouvoir transporter 400 passagers lors de sa mise en service (qui avait initialement été annoncée pour août 2013).
Ce navire de près de soixante mètres peut aussi transporter une soixantaine de véhicules et quelque 400 tonnes de fret.
La desserte devrait s’articuler autour de deux axes : Port-Vila/Tanna (en passant par les îles intermédiaires d’Erromango) et Port-Vila/Espiritu Santo (en passant par les îles d’Épi, Mallicolo, Ambae, Pentecôte et Ambrym).

   

Toujours en mode reconversion, c’est un autre ancien ferry sur la desserte inter-îles en Polynésie française qui est tout récemment entré en service à Fidji, sous le nom de « Lomaiviti Princess II ».
Ce vaisseau, le Pupaa Pae II, qui a accosté en juillet 2013 au wharf de Suva, en provenance de Tahiti, a depuis été affecté sur les lignes inter-îles entre la capitale et les îles Lau (Sud), de Kadavu (au Sud de Suva) et de Rotuma (extrême Ouest de l’archipel).
C’est la société Goundar Shipping, dirigée par George Goundar, qui s’est porté acquéreuse de ce navire d’une soixantaine de mètres, pour une somme annoncée d’environ un million de dollars fidjiens (410.000 euros).
Le nouvel armateur annonce une capacité de transport de 882 passagers, avec des cabines privatives, ainsi qu’une capacité de fret de l’ordre de 700 tonnes (y compris des véhicules) en cale.

Le Havannah : de Nouméa à Fidji
Fin février 2013, un autre ferry, le Havannah, quittait définitivement la Nouvelle-Calédonie où la Compagnie maritime des îles (CMI) Loyauté avait décidé de le mettre en vente.
Son arrivée à Fidji, où il devrait reprendre une desserte inter-îles, a depuis suscité la curiosité.
Auparavant, ce navire avait fait l’objet d’une saisie conservatoire sur décision du tribunal mixte de commerce de Nouméa, à la demande du syndicat Force Ouvrière, sur fond de blocage prolongé de la part du personnel de la CMI, qui demandait le paiement d’arriérés en salaires.  

                        

Les commentaires sont fermés.