12/02/2014

Corse - Palais Fesch - Insolite : le gardien du musée s'assoit sur le fauteuil de Napoléon et le casse !

 
Le quart d'heure de gloire finit les fesses par terre. Jeudi, au palais Fesch, le musée des Beaux-Arts d'Ajaccio (Corse), tout le monde s'agite pour terminer de monter l'exposition «Napoléon au bivouac» prévue du 13 février au 12 mai, quand un gardien s'assoit soudain sur la pièce vedette, le fauteuil de campagne de l'empereur... et le casse.
 
   

Le cuir rouge de l'assise se déchire et les montants en bois du fauteuil datant de 1808 sont détériorés. Une restauratrice spécialisée, Céline Bonnot-Diconne, a été urgemment dépêchée de Grenoble pour venir rendre son lustre au fauteuil impérial présenté avec plus de 70 autres objets. «Cet incident a la mérite d'avoir très bien fait restaurer ce fauteuil, qui l'avait déjà été antérieurement, mais moins bien», a déclaré le conservateur du Palais Fesch-Musée des Beaux-Arts d'Ajaccio, Philippe Costamagna.

                       

A quoi rêvait l'employé indélicat ? S'est-il pris pour le plus illustre des fils d'Ajaccio ? L'histoire ne le dit pas. Gardé secret, l'incident a été révélé lundi par le quotidien régional Corse-Matin, dans laquelle le conservateur a confié, soulagé : « Il y a eu plus de peur que de mal. Il s’agit là d’un accident de montage, rare en ce qui nous concerne, puisque cela n’était jamais arrivé depuis 1998, date à laquelle le secteur des expositions temporaires a ouvert. Ce genre d’accident survient, malheureusement, toujours durant ce laps de temps le plus dangereux d’une exposition, alors que les objets ne sont pas protégés.Lorsque nous procédons à la mise en place, des convoyeurs, transporteurs, des équipes de montage, des gardiens sont présents.Il se trouve que l’un des gardiens, justement, a été attiré par le siège dans lequel s’est assis Napoléon, oubliant que ce n’était rien moins qu’une pièce patrimoniale ayant servi lors des campagnes de l’Empereur. Ce fauteuil qui est la propriété du Mobilier national est en dépôt au musée de l’Armée.Ce dernier a participé, avec divers musées napoléoniens, aux prêts nécessaires à la tenue de cette exposition. Toujours est-il que l’ancienne rénovation a lâché… Et le siège s’est déchiré. D’où la nécessité de faire appel à une restauratrice spécialisée… ».
Philippe Costamagna a aussi indiqué que le gardien comparaîtrait prochainement devant une commission de discipline pour son geste déplacé. En sachant, que le siège était à bout. Selon la restauratrice, il n'aurait plus supporter aucune pression.
LeParisien.fr
 
    Retour page d'accueil d' Actualités Voyages :  http://actualitesvoyages.skynetblogs.be/     

Les commentaires sont fermés.