07/02/2014

Canada : Le Québe aura avec le "Saint-Rémi "son «Chemin de Compostelle»!

Le tracé d’un nouveau chemin qui sera dédié aux adeptes de la marche est en voie de création, au Québec, et plusieurs municipalités du Bas-Saint-Laurent deviendront des acteurs majeurs de ce projet.

                                  Le Chemin de St-Rémi, un chemin qui mène loin!

Le «Chemin de Saint-Rémi» partira de la municipalité de Saint-Adrien, près d’Asbestos, et empruntera les routes du Haut-Pays, notamment dans les régions de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent. Pas question donc d’emprunter les voies traditionnelles des pèlerins le long du fleuve.

L’un des promoteurs du projet, Stéphane Pinel, précise que cette idée est liée au projet de sa conjointe, Louise Bourgeois, de créer un centre d’entraînement à la marche de longue durée à Saint-Adrien. «Louise a fait Compostelle quatre fois et elle a 2 800 km dans les jambes! Mais pourquoi ne pas créer un chemin où les gens pourront marcher au Québec, durant quatre saisons? Évidemment, il n’y a qu’un seul Chemin de Compostelle, en France et en Espagne, et notre projet n’a pas la même connotation religieuse. Il consiste plutôt à faire découvrir la ruralité québécoise.»

De Saint-Adrien à Sainte-Florence, dans un premier temps, le parcours pédestre s’étendra sur 800 km. «Nous proposerons une marche longue durée, au rythme de 12 à 15 km par jour, ce qui correspond à la distance moyenne entre les villages le long de la route. Il ne sera donc pas nécessaire d’être un expert de la marche pour participer et chacun fera la distance de son choix.»

Stéphane Pinel et Louise Bourgeois feront la première expérimentation en février et mars. Ils seront donc dans le Bas-Saint-Laurent à la mi-mars, où ils organiseront des «Veillées au village» dans quatre municipalités de la MRC de Rimouski-Neigette, Saint-Narcisse, Saint-Marcellin, Esprit-Saint et la Trinité-des-Monts, afin d’informer les citoyens de leur initiative.

Stéphane Pinel est très confiant de voir se réaliser assez rapidement le projet du «Chemin de Saint-Rémi» puisque les MRC et les Municipalités des régions concernées ont démontré beaucoup d’intérêt. D’ailleurs, les corporations municipales où passeront les marcheurs auront un rôle à jouer dans les volets accueil et sécurité.

Après le Bas-Saint-Laurent, c’est en Gaspésie que les deux promoteurs vont établir des contacts avec les Municipalités. «Nous souhaitons que ce chemin pédestre qui empruntera les routes rurales existantes puisse se rendre jusqu’à Percé.

                              Retour page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be

Les commentaires sont fermés.