27/01/2014

Thailande - Situation politique : L'instabilité politique pourrait faire perdre un million de touristes

Alors que la haute saison a débuté depuis le mois de décembre en Thaïlande, les prévisions du secteur du tourisme sont revues à la baisse du fait de la crise politique qui secoue le pays depuis bientôt trois mois . Précisions.

Depuis le début de la crise en novembre 2013, le nombre d’arrivées de touristes aux deux aéroports de Bangkok a chuté de 5% par rapport à la même période de l’année précédente.

Le conseil national du tourisme vient d’ailleurs de publier un chiffre qui donne le tournis au secteur touristique du pays : ce dernier prévoit en effet une perte de 22,5 milliards de bahts (environ 500 millions d’euros) pour le premier trimestre de 2014 si la situation politique ne se stabilise pas au plus vite.

Le Centre de recherche de la Banque Kasikorn (KResearch) estime pourtant que l’industrie du tourisme peut encore enregistrer un nouveau record en 2014 avec un afflux de 29 millions de touristes étrangers, soit une augmentation de 8,5 % par rapport à l’année précédente, mais à condition que la crise politique trouve une solution rapidement.

"Si une solution négociée ne permet pas de régler le conflit, les troubles sont susceptibles d’entraîner l’annulation de 500.000 à un million de voyages vers la Thaïlande et de pertes comprises entre 20 et 50 milliards de baht"

Tojours selon les prévisions de KResearch.

KResearch estime que si les manifestations se poursuivent tout au long du 1er trimestre, le nombre de touristes étrangers devraient diminuer de 500.000 cette année, et d’un million si la crise perdure jusqu’à la mi 2014.

                                 

La prudence des pays asiatiques

Les pays asiatiques, et particulièrement la Chine et le Japon se montrent les plus alarmistes concernant la situation actuelle. Hong-Kong demandant aux personnes ayant prévue un séjour en Thaïlande de reporter leur voyage. Les opérateurs japonais ont quand à eux annulé l’ensemble de leurs voyages organisés vers Bangkok.

Destination touristique de premier ordre pour la Chine, le pays du sourire prévoit une baisse de 70% quant à l’arrivée de touristes chinois à Bangkok, et de 40% à Pattaya et Phuket pour ces prochains mois. Un coup dur alors que la date du nouvel chinois, prévue le 31 janvier, approche et attire habituellement sont flot de touristes chinois: plus de 100 000 en 2013.

«C’est la conséquence des avertissements des offices de tourisme locaux et des ambassades»

précise Thawatchai Arunnywik gouverneur du Tourism Authority of Thailand.

Du côté de Singapour, la compagnie Singapore Airlines a annoncé l’annulation de 19 vols à destination de la capitale entre mi-janvier et mi-février et prévoit d’en annuler encore 24.

Avertissements des ambassades occidentales

Les messages d’alerte des ambassades occidentales sont traditionnellement moins alarmistes que ceux de leur homologues asiatiques. A l’exemple de l’ambassade de France et de celle des Etats-Unis qui demandent à leurs ressortissants d’éviter les lieux des manifestations où une escalade de la violence est à craindre. Elles dressent ainsi une liste des lieux à éviter.

      

Au total, c’est plus de 45 pays qui ont émis des messages d’avertissement, incitant leurs ressortissants à se montrer particulièrement prudent lors de leur voyage en Thaïlande.

Les crises politique à répétition que connaissent le pays peuvent être un facteur d’indécision important de la part des touristes pensant se rendre en Thaïlande. Comme le confirme Piyaman Tejapaibul, président du conseil national du tourisme :

« De plus en plus de voyageurs hésitent à visiter le pays et ne croient plus en sa stabilité»

Dans un pays où 7%, soit 24 milliards de dollars de la production nationale proviennent du tourisme, cette crise, si elle se prolonge, pourrait avoir d’importantes conséquences sur l’économie du pays.

Intégralité de l'article de Thailande-fr

 

                                          retour la page d'accueil du site : http://actualitesvoyages.skynetblogs.be

Les commentaires sont fermés.