23/11/2013

Nice - Le NEGRESCO : Le musée-hôtel fête ses 100 ans

A Nice, au 37 de la promenade des Anglais, sa toiture rose veille sur la baie des anges. Dernier hôtel de luxe indépendant de la Côte d’Azur, le Negresco fête en 2013 son centenaire. Mais ce "Versailles de l’hôtellerie" emblème de la French Riviera est bien plus qu’un simple hôtel.

                

L’œuvre d’une vie
L’histoire du Negresco de Nice est indissociable de celle de la maîtresse de maison, Jeanne Augier, qui fête elle ses 90 ans en 2013. Si les candidats au rachat du Negresco sont nombreux, du sultan de Bruneï à Bill Gates, elle tient à ce qu’il reste indépendant. Sans héritier direct, elle a légué l’hôtel ainsi que sa fortune à un fond de dotation destiné à soulager la souffrance humaine et animale et à favoriser le rayonnement artistique français. Un choix qui découle de son passé. C’est en effet en 1957 que son père rachète l’hôtel pour sa mère, paralysée des jambes suite à une erreur médicale. Il faut lui trouver un lieu équipé d’un ascenseur : ceux du Negresco sont vastes et l’hôtel est à vendre. Dès lors, Jeanne Augier se voit confier la gestion de l‘hôtel et va consacrer toute sa vie à faire de ce lieu un temple du luxe et de l’art. Son talent lui vaudra même d’être invitée par le Shah d’Iran pour superviser la création d’un palace à Ispahan.

Une vitrine de l’art français

Avec plus de 6.000 pièces dans son antre, le Negresco propose un voyage à travers 400 ans d’art français. Témoin de la "belle-époque", c’est un véritable melting-pot artistique : portrait de Louis XVI, toiles de Vasarely ou Dali, lustre Baccarat, verrière de Gustave Eiffel, œuvres Niki de Saint Phalle... Les époques, les styles et les couleurs se mélangent pour offrir à l’hôtel-musée son cachet légendaire. Pour constituer cette impressionnante collection, Jeanne Augier a parcouru de nombreux kilomètres et écumé les salles de vente. Le bâtiment, dont la toiture, les façades et le hall sont classés en France comme monuments historiques, abritent ainsi une vaste et éclectique collection d’œuvres amassées tout au long d’une vie, avec comme seul but de mettre à l’honneur l’art français.

                                                  

Made in French Riviera

C’est Henri Negrescu, un musicien roumain émigré en France qui est le père de l’hôtel. Installé sur la Côte d’Azur au début du XXème siècle, il travaille comme maître d’hôtel puis comme directeur du Casino de Nice. Il fréquente la haute société et n’a qu’une idée en tête : construire le plus bel hôtel de la Côte d’Azur, un établissement digne de cette clientèle huppée. C’est l’architecte franco-néerlandais, Edouard Niermans, à qui l’on doit notamment le Moulin Rouge à Paris, qui est chargé de sa construction. L’inauguration a lieu en janvier 1913 en présence de têtes couronnées. Cent plus tard, le Negresco peut se vanter d’avoir accueilli les plus grands noms du XXème siècle : Grace Kelly, Louis Armstrong, Elton John mais aussi Winston Churchill, Sophia Loren ou encore les Beatles. Centenaire mais fraîchement rénové, l’hôtel veut désormais affirmer sa singularité et son identité "côte d’azur". Rebaptisé "Le Negresco", il possède désormais sa propre marque "Made in French Riviera" et commercialise notamment une ligne de cosmétiques et un parfum, conçu non loin de là à Grasse, capitale mondiale de la parfumerie.

 

Simple visite, repas gastronomique ou dégustation au bar à champagne, toutes les raisons sont bonnes pour vous y rendre si vous êtes à Nice !  

Les commentaires sont fermés.