22/11/2013

Voyages d’affaires : après les transports, les hôtels dans la spirale des économies

Ce n’est pas encore demain que les entreprises reviendront aux voyages d’affaires luxueux, ni même aux pratiques en vigueur avant la crise financière de 2008. Selon le baromètre annuel publié lundi par American Express, l’heure est toujours à un stricte contrôle des coûts. Dans les grands groupes comme pour les PME, la recherche du meilleur tarif et le recours aux opérateurs low cost est devenu la règle.

Globalement, les dépenses de voyages professionnels ont progressé en Europe de 0,5 % en 2013 et pourraient augmenter en 2014, mais de 0,8 % seulement. Signe des temps, les compagnies aériennes à bas prix comme Easyjet captent dorénavant 26 % des dépenses aériennes d’affaires en Europe contre moins de 10 % avant 2008, selon American Express. Les réservations se font de plus en plus à l’avance.

L’usage du train progresse

Autre indicateur, l’usage du train progresse. De 10 % en 2011, la part du ferroviaire dans les budgets voyages des entreprises est passée à 15,7 % en 2013. A contrario, l’aérien est en chute : l’avion ne représente plus que 37 % des dépenses en 2013, contre 53 % deux ans plus tôt. Plus radical encore, la pratique des réunions via Internet se développent dans, déjà, 20 % des entreprises.

Après les économies sur l’avion, l’heure est désormais aux efforts sur l’hôtellerie, explique par ailleurs à l’AFP le PDG d’American Express Voyages d’Affaires en France, Eric Audoin : « L’hôtel reste le deuxième budget après l’aérien, mais il est en train de devenir le premier poste de dépenses à optimiser, quelle que soit la taille de l’entreprise. » La part de l’hôtel dans les frais de voyages des entreprises européennes a grimpé de 19,5 % en 2011 à 23,6 % en 2013.

L’enquête révèle aussi un nouvel aspect du voyage d’affaires : l’importance croissante donnée à la sécurité des employés qui voyagent. Parmi les solutions : l’utilisation de moyens de géolocalisation. 

Par Philippe BERTRAND

Les commentaires sont fermés.