10/11/2013

Idée weekend : 48 heures à Namur

         

La capitale de la Wallonie est surtout connue pour son imposante citadelle. Mais en contrebas de ses remparts se trouve une petite ville sympathique, à 65 km de Bruxelles, qui regorge de trouvailles aussi intéressantes qu'originales.

 

Jour 1

9h La Citadelle

Nichée sur un escarpement rocheux taillé par le confluent de la Meuse et de la Sambre, la citadelle de Namur est l'une des plus grandes forteresses d'Europe. Elle cache aussi un étonnant réseau de souterrains. Inutile de parcourir les 7 km de galeries, le mieux est d'en voir une partie en compagnie d'un guide qui pourra vous en raconter beaucoup sur ce fascinant ouvrage construit au Moyen Âge, en partie détruit et par la suite agrandi successivement par les Français et les Néerlandais. C'est aussi ici que l'on trouve le meilleur panorama sur la ville de Namur.

www.citadelle.namur.be

Midi à La Maison des desserts

     

On y va pour les desserts, heureusement que les plats (croques, sandwichs, salades) ne sont pas trop copieux. Le décor est un peu rococo, on a préféré la cour intérieure, bien ensoleillée sous son toit de verre. Après le lunch, on choisit sa pâtisserie au comptoir, à moins de se laisser tenter par l'une des innombrables pralines maison.

www.maison-des-desserts.be

14h Église Saint-Loup

                     

La plus flamboyante église de Namur est située sur la place de Québec (d'ailleurs, la ville de Régis Labeaume est jumelée à la capitale wallonne). Construite de 1621 à 1645 par les Jésuites, c'est le joyau de l'architecture baroque en Belgique. La grande voûte en pierre de sable entièrement sculptée est stupéfiante, tout comme les superbes colonnes en marbre noir et rose qui la soutiennent. Et que dire des confessionnaux en bois ouvragé encastrés de part et d'autre dans les murs des bas-côtés. Un bel exemple du style grandiose caractéristique de la Contre-Réforme catholique.

www.eglisesaintloup.be

15h Le trésor d'Oignies

Le mot «trésor» n'est pas employé à la légère. La collection permanente du Musée des arts anciens de Namur est franchement renversante. On a peine à croire que les pièces d'orfèvrerie exposées ici ont près de 800 ans. Les oeuvres - croix, calices, reliquaires, phylactères - sont l'oeuvre du prieur Hugo d'Oignies et de son atelier. Taillées dans l'or et l'argent et serties de pierres précieuses, les 50 pièces du trésor témoignent d'une finesse d'exécution telle que l'on peut rester soudé devant elles pendant un bon moment. Pas étonnant que la collection ait été classée parmi les sept merveilles de Belgique.

www.museedesartsanciens.be

18h La place du Marché aux légumes

Le petit square se trouve à l'ombre de l'église Saint-Jean-Baptiste, la plus vieille de la ville, construite en 1616. Tout juste à côté se trouve le Ratintôt, ouvert la même année. On dit d'ailleurs que c'est à cause de ce troquet que le clocher de l'église est de guingois (oui, oui!): les maçons, après un lunch bien arrosé, y auraient oublié leurs fils à plomb...

www.ratintot.be

20h Le Temps des cerises

C'est le rendez-vous des habitués du Festival du film francophone, qui se tient à Namur chaque automne. Plusieurs comédiens ont laissé une trace de leur passage sur les murs du petit resto, qui sert des spécialités locales, comme le groin de cochon (servi avec une frite dans une narine) et le Petit-Gris, variété d'escargot qui est l'animal fétiche de Namur.

www.cerises.be

22h30 Le Bouffon du roi

Bondé en ce samedi soir frisquet, c'est, semble-t-il, l'endroit à la mode pour les jeunes Namurois. La clientèle et les employés sont sympathiques, la terrasse aménagée dans la cour intérieure est superbe, la musique est bonne et le choix de bière est à l'avenant.

fr-fr.facebook.com/lebouffonduroi

1h30 Dormir dans un lit flottant

Ce n'est pas le lit qui flotte, mais il est dans un bateau, amarré au quai de la Meuse. Nos hôtes Martine et Bernard, propriétaires du MS Elisabeth, nous ont accueillis quelques heures plus tôt avec une coupe de vin blanc après nous avoir montré nos quartiers tout confort, aménagés dans ce qui était autrefois la cale de la péniche. Les embarcations sont à quai d'octobre à avril, mais profitent de la belle saison pour offrir des croisières sur le vaste habitat fluvial européen. Ça donne le goût...

www.mselisabeth.com

Jour 2

10h Gare de Namur

                        

Carrefour ferroviaire européen, Namur a accueilli son premier train en 1843. La première gare a été construite de 1862 à 1864, en même temps que le théâtre royal. Tous deux ont été construits avec la même pierre de sable. L'intérieur de la gare a été complètement restauré en 2002 selon les principes de l'architecture high tech. Observer la rosace de l'intérieur à travers les dédales de métal entortillé est particulièrement évocateur.

1, place de la Station

11h Fresque des Wallons

Inaugurée le 1er septembre 2009 derrière l'hôtel de ville, elle représente à peu près tout de l'histoire de la Wallonie. De la comtesse Blanche de Namur à Justine Henin en passant par les Schtroumphs et le Marsupilami.

Midi Place d'Armes

              

Sur la place d'Armes, à l'ombre du Beffroi, on s'arrête devant Djoseph et Francwès, personnages imaginés par le peintre namurois Jean Legrand et immortalisés en 2000 par l'artiste Suzanne Godart. En fait, c'est un hommage aux Namurois d'hier, qui «parlaient et marchaient lentement», nous dit-on. Si lentement, en fait, qu'ils devaient tenir leurs escargots en laisse ou dans une cage (l'escargot est le symbole de la ville, n'est-ce pas). On dit que frotter les antennes du lumeçon («escargot» en wallon) de Francwès porte chance.

14h Musée Félicien Rops

Situé en plein coeur du Vieux-Namur, dans une petite rue piétonne sans artifice, le musée de Félicien Rops nous plonge dans l'univers fascinant du peintre né ici en 1833. Ses oeuvres sont autant de témoins privilégiés de l'ébullition intellectuelle du XIXe siècle. Elles font éclater les tabous de l'époque - Les sataniques, Pornokrates -, font une critique sociale audacieuse et aiguisée - La buveuse d'absinthe, La peine de mort -, sans oublier de célébrer la femme, ultime obsession de Rops - La dame au pantin, Pommes à vendre.

www.museerops.be

16h30 Le Chapitre

        

Après la visite du musée, quoi de mieux que de reposer nos neurones autour d'une bonne bière? Ça tombe bien, Le Chapitre est à quelques coins de rue, voisin de la cathédrale Saint-Aubain. Au menu, une bonne soixantaine de produits de petites et moyennes brasseries belges, dans une ambiance pub savamment déglinguée où se côtoient jeunes curieux et vieux connaisseurs.

1, place du Carillon

19h Les Tanneurs

L'hôtel et ses restos ont été aménagés avec une incroyable ingéniosité dans le quartier où l'on trouvait jadis les tanneries de Namur. On a habilement conservé les murs de briques rouges si typiques des édifices de la vallée de la Meuse en joignant entre eux pas moins de 15 bâtiments voisins. Les 32 chambres, modernes, accueillantes et confortables, sont toutes différentes les unes des autres, tant par le décor que le prix, qui varient de 40 à 200 euros.

www.tanneurs.com

21h Le Gril des Tanneurs

    

Le resto situé au premier étage de l'hôtel propose un menu de viandes grillées sur charbon de bois, de poissons et d'autres classiques bistro. L'ambiance est décontractée, certains convives ont même poussé la note au piano en fin de soirée. Pendant ce temps, notre séance de photo dans les cuisines s'est conclue avec une tournée de Peket, eau-de-vie locale aromatisée aux baies de genévrier.

Article de Pierre-Marc Durivage

 

Les commentaires sont fermés.