09/10/2013

Ces pays où il faut absolument éviter de prendre l'avion ... !

Dans le choix d’une compagnie, faut-il se référer à la liste noire européenne des compagnies aériennes, à l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI), à l’approche des Etats-Unis qui demandent des audits internes ou encore à l'Association internationale du transport aérien (IATA) ? Quels critères permettent d’affirmer qu’une compagnie est "sûre" ?

                                                   

L’aviation civile n’a jamais été aussi fiable que ces dernières années, avec un record de sécurité atteint en 2012 : seulement 15 accidents mortels pour 37 millions de vols, provoquant 414 décès pour 3 milliards de voyageurs transportés, et l’année 2013 promet de battre encore ce record. Mais ces chiffres rassurants cachent néanmoins de fortes disparités.

 

La Liste Noire européenne interdit à toute compagnie dont la fiabilité ne peut être garantie de se poser sur le territoire européen. Lorsque l’on décolle ou que l’on atterrit d’Europe, il n’y a donc aucune question à se poser : le vol peut être considéré comme totalement fiable, quel que soit le type de compagnie utilisé. Il en va de même dans les zones fortement réglementées comme l’Amérique du Nord où les contrôles sont très stricts, du même niveau que ceux constatés en Europe.

                                

Mais la question de la sécurité se pose réellement lorsque l’on sort des sentiers battus, et particulièrement en Afrique qui cumule près des trois quarts des crashs. La quasi-totalité des accidents ont lieu dans des situations extrêmes. Le Népal multiplie ainsi les crashs sur ses pistes montagneuses en pente, l’Afrique a de grosses difficultés avec ses terrains non goudronnés, le Nigéria, l’Iran ou le Libéria n’entretiennent plus leurs avions, et les pays de l’ancien bloc soviétique n’ont toujours pas mis tous leurs vieux Antonov à la casse…

Malgré ces éléments peu encourageants, une liste peut néanmoins donner une indication fiable sur la sécurité d’une compagnie aérienne : l’Association Internationale du Transport Aérien ou IATA. Cette association a développé une norme mondiale pour la vérification de la sécurité des procédures d’exploitation des transporteurs aériens, et le résultat est sans appel : les 240 compagnies membres de l’IATA n’ont connu aucun accident mortel en 2012 alors qu’elles représentent plus de 93% du trafic mondial ! Avant de choisir un vol local dans un pays sur lequel un doute existe, vérifiez simplement si la compagnie fait bien partie de l’IATA. Si c’est le cas, vous pouvez réserver sans crainte.

Y a-t-il une hausse des accidents d’avion ? De quelle nationalité sont les compagnies les plus exposées aux risques ? Comment l’expliquer ?

L’exigence extrême qui existe face au transport aérien au niveau mondial a permis d’atteindre un niveau de sécurité d’un niveau sans précédent et qui continue de s’améliorer. De gros efforts sont actuellement menés pour encore réduire les risques, particulièrement au sein des zones les moins fiables.

Drukair landing at Paro


Il faut néanmoins rester objectif : même dans ces régions, il ne faut pas abandonner l’avion pour un autre moyen de transports. Si vous souhaitez vous rendre dans une montagne du Népal, l’avion restera plus sur que la voiture, même si la fiabilité du transport aérien dans la région est bien en dessous des standards internationaux


 
 
Real Paro Bhutan Landing 15 A319 Cockpit. YouTube -...
 


Xavier Tytelman

 

Formateur en aéronautique et président du Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr),




Les commentaires sont fermés.