30/09/2013

Actualités Voyages - Météo Vietnam : Le typhon Wutip frappe le pays avec force

La tempête tropicale Wutip a fouetté le centre du Vietnam lundi après avoir coulé au moins deux navires de pêche chinois près des îles Paracel, laissant au moins 75 pêcheurs disparus en mer.

                           

La tempête a déraciné des arbres, rompu des lignes électriques et endommagé plus d’un millier de maisons. On ne rapportait dans l’immédiat ni blessures, ni inondations, ni dommages importants.

Les autorités météorologiques vietnamiennes ont indiqué que Wutip avait faibli de typhon à tempête tropicale au moment de toucher terre. La tempête générait toujours des vents de près de 120 kilomètres/heure.

                    

Des dizaines de milliers de personnes avaient été évacuées avant l’arrivée de la tempête.

Les écoles de cinq provinces centrales avaient été fermées et la garde-côtière avait recommandé à 61 000 navires de pêche et plus de 300 000 membres d’équipage de se mettre à l’abri.

À la tombée du jour, lundi, Wutip avait arraché les toits d’un millier de résidences dans un seul district. Des images diffusées à la télévision montraient des arbres déracinés et des rues désertes dans des villes du centre du pays, près du coeur de la tempête.

   

Wutip a coulé au moins deux navires de pêche chinois alors qu’elle s’approchait des îles Paracel et 75 pêcheurs manquent maintenant à l’appel. Les deux navires ont coulé dimanche et on est sans nouvelles d’un troisième.

Wutip était le typhon le plus puissant à prendre naissance cette saison au large des côtes du Vietnam. La tempête asiatique la plus puissante cette année a été le typhon Usagi, qui a fait au moins 33 morts aux Philippines et en Chine plus tôt en septembre.

Le Vietnam est vulnérable à des inondations et à des tempêtes qui font des centaines de morts et causent des millions de dollars en dommages chaque année.

Actualités aviation - Alitalia : Problème à l'attérissage sur un avion de la compagnie

Un avion de la compagnie aérienne italienne Alitalia a été victime d'une avarie de train d'atterrissage lors de son poser sur l'aéroport international Fiumicino de Rome (Italie) le faisant terminer sur le flanc et reposant sur le moteur droit.



L'avion, un Airbus A320, immatriculé EI-EIB, vol AZ63, qui venait d'effectuer la liaison entre l'aéroport international Barajas de Madrid (Espagne) et l'aéroport international Fiumicino de Rome avec 151 passagers à bord, était en approche, vers 20h20, heure locale, lorsque les pilotes ont signalé avoir des problèmes de sortie de train droit. Ils ont essayé de nombreuses tentatives mais ont finalement pris la décision de se poser sans avoir réussi à le sortir. Afin de limiter les dommages à l'atterrissage, les pompiers ont répandu de la mousse sur la piste.

                                      

L'avion s'est posé et est rapidement tombé sur le flanc droit, le réacteur du même côté glissant sur la piste. L'appareil a dévié sur la droite avant de s'arrêter. L'équipage a alors procédé à l'évacuation des passagers et il n'y a eu aucun blessés. Les équipes d'intervention sont intervenues pour sécuriser l'appareil et transférer les passagers vers le terminal. L'aéroport a été fermé durant les opérations de secours.

Venezuela : Le président Maduro veut porter plainte contre Airbus

Nicolas Maduro, président du Venezuela depuis la mort d’Hugo Chavez, a annoncé son intention de porter plainte contre Airbus, fabricant de son avion présidentiel.

Après cinq mois de révision en France, l’A319 présidentiel de Nicolas Maduro, président du Venezuela depuis avril dernier, avait toujours des problèmes mécaniques au niveau d’une aile. Maduro devant effectuer un voyage présidentiel en Chine du 20 au 24 septembre pour y rencontrer son homologue chinois Xi Jinping, il a été contraint de louer un Ilyushin de fabrication russe à son voisin et ami cubain. Or, la location de cet avion présidentiel cubain baptisé Alba (Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique) aurait coûté 250 000 dollars par jour, l’exposant à de vives critiques dans les médias et l’opposition.

Mais le président n’est pas homme à se laisser marcher impunément dessus. « C’est très grave », a estimé le président vénézuélien qui a expliqué « être en train de préparer des actions judiciaires contre le fabricant Airbus pour cette défaillance » technique qualifiée de « grave ».

Le voyage présidentiel de Nicolas Maduro n’aura pas été de tout repos. A l’aller, après s’être fait signifier l’interdiction de survol du sol américain (au-dessus de Puerto Rico), il avait d’abord parlé « d’agression », les Etats-Unis n’ayant aucun droit d’interdire le survol de son territoire par un avion présidentiel, quel qu’en soit le pays. « Refuser à un chef d’Etat l’autorisation de voler dans l’espace aérien qu’ils ont colonisé, comme c’est le cas à Puerto Rico, est une grave erreur », avait asséné Maduro. Les Etats-Unis a ensuite nié l’interdiction de survol donné, en indiquant une confusion dans les procédures administratives.

Et au retour, alors qu’il faisait une escale à Vancouver au Canada, le président Maduro a refusé que son avion fasse une escale comme prévu à New York après avoir eu connaissance d’un complot portant atteinte à sa vie, expliquant qu’il n’était pas possible que le président Obama n’en ait pas eu connaissance. Les Etats-Unis ont certifié ne pas avoir eu connaissance d’un tel complot portant atteinte à la vie du président ou pour déstabiliser son pays.

 


Les offices de tourisme francais des grandes villes ne sont pas à la hauteur, selon HCG

Une étude montre que les offices de tourisme de moins de 200 000 habitants sont plus efficaces que ceux des grandes métropoles. La Baule arrive en tête du classement, Paris et Bordeaux sont lanternes rouges. Ces dernières mettent en cause l’étude et défendent leur action. Elles annoncent aussi des améliorations pour les mois à venir.

Les offices de tourisme (OT) français ne sont pas vraiment à la hauteur des exigences d’accueil et d’information des visiteurs dans les grandes villes, particulièrement à Paris et Bordeaux. C’est la conclusion d’une étude du cabinet HCG, divulguée cette semaine, à l’occasion du salon touristique professionnel Top Résa, qui se tenait jusqu’au 27 septembre 2013 à Paris. « Le constat est qu’il reste d’importants efforts à faire pour mériter » la position « de 1ère destination mondiale de la France », alors qu’une « nouvelle règlementation » entrée en vigueur en 2011 doit permettre aux offices de tourisme d’améliorer la qualité de ses missions.

Cliquez sur l'image pour consulter le document.

Cliquez sur l’image pour consulter le document.

Le cabinet, qui a réalisé des visites mystères et fait des demandes d’informations spécifiques ou d’explications dans quinze offices de différentes tailles, note que « de manière générale, les offices de tourisme de moins de 200 000 habitants ont été plus attentifs aux demandes particulières des clients ». Au classement général, réalisé à partir de notes sur différents critères d’accueils et de services, c’est La Baule qui obtient la meilleure note (17,37/20), devant Nancy (16,82/20) et Brest (16,75/20).

Paris, dernier de la classe - En revanche, les grandes villes ne brillent pas dans ce hit-parade. Ainsi l’OT de Paris, « troisième ville la plus visitée au monde », insiste HCG, « occupe la dernière place du classement pour la difficulté à joindre une personne physique par téléphone, et son manque de réactivité dans le traitement des mails. » La structure obtient même un étonnant zéro pointé sur le traitement des appels téléphoniques.

Un central téléphonique absent mais noté - « La mauvaise note attribuée à l’Office dans l’étude HCG tient à la fermeture du central téléphonique, décidée en 2010 », justifie Nicolas Lefebvre, directeur de l’OT de Paris. « Jusqu’en 2010, le central téléphonique destiné au grand public employant deux agents d’accueil et d’information, accusait une perte de vitesse régulière de 15 à 20 % par an depuis 2002. « Dans le cadre d’une rationalisation des moyens déployés par l’Office, il a donc été décidé de fermer le central d’information téléphonique, » poursuit-il. Une boite vocale renvoie désormais les visiteurs sur le site Internet ou leur propose de laisser leurs coordonnées pour des demandes administratives.

L’OT conteste également les conclusions faites après la visite mystère opérée durant l’été, qui pourtant a été favorable à la structure parisienne. « Avec une seule visite mystère, les résultats de HCG ne peuvent donner qu’une photographie très parcellaire de la qualité des services et nous n’avons pas attendu cette étude pour la mesurer », souligne le directeur, renvoyant aux évaluations du Comité régional du tourisme d’Ile-de-France, via le cabinet GMV, basées sur les quatre visites mensuelles prévues dans le protocole tout au long de l’année. « L’OT obtient ainsi une note de 8,4 sur 10 à la vision client, le site Internet est noté 7,9, l’accueil par le personnel 9,6 et l’information conseil vente 8,8 ».

L’office concède toutefois de devoir faire des progrès en matière de gestion de l’attente, de conseils spontanés, d’accessibilité, de compétences en langues rares et de wi-fi gratuit.

L’accueil en question à Bordeaux - Si les deux études de GMV et HCG s’accordent sur la qualité de l’accueil physique de Paris, HCG se montre très sévère avec celui offert à l’office de tourisme de Bordeaux.

Outre l’accueil proprement dit (rapidité, attitude, conditions d’ouverture, présentation, langues parlées, etc.), le cabinet a jugé l’entretien commercial, l’intérieur et l’extérieur de l’office. Bordeaux obtient un maigre 13,2/20 qui fait bondir Nicolas Martin, directeur de la structure. « Nous sommes conscient que dans le période de forte affluence (le test a été réalisé cet été, ndlr), nul n’est à l’abri d’une faille mais un seul test physique est peu représentatif ».

Autre grief : à l’instar de Strasbourg ou Marseille, l’étude HCG indique que l’OT de Bordeaux « ne personnalise pas son courrier de réponse au client, n’a pas répondu aux mails ni au post facebook » envoyé par le cabinet : « C’est faux, répond l’OT. Nous avons bien répondu au post, mais nous n’avons pas retrouvé trace des mails » admet l’organisme associatif et financé à 45 % par une subvention municipale.

La réponse de l'Office de tourisme de Bordeaux au post facebook de HCG.

La réponse de l’Office de tourisme de Bordeaux au post facebook de HCG.
Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Batterie d’innovations pour améliorer le service - Le résultat est d’autant plus « décevant », selon la vice-présidente Maïté Lavignac que la « réorganisation physique, numérique et organisationnelle de notre accueil figurent parmi nos priorités ».

Autres innovations à venir pour mieux répondre à la hausse constante de l’activité touristique dans la capitale girondine (+ 3 % en juillet-août), l’OT va recruter un community manager pour « répondre sous 24h sur les réseaux sociaux ». L’organisme va surtout remplacer son système téléphonique pour passer en voix sur IP et intégrer de nouveaux applicatifs tels que Soft Phones ou le numéro unique.

Paradoxalement, le site Internet, très bien jugé par l’étude HCG avec une note de 19/20 ne satisfait pas l’office de tourisme de Bordeaux : « une refonte totale est actuellement en cours pour une mise en ligne l’an prochain », espère Maïté Lavignac.

Vainqueur aux abonnés absents - Quant à l’office de tourisme de La Baule, gagnant du classement et loué pour la rapidité et la qualité de ses réponses, il n’était pas en mesure d’apporter des commentaires à la Gazette des communes.

Une méthodologie contestée

Quinze offices de tourisme ont été testés entre mai et juillet 2013 via

  • Une visite physique
  • 10 tests téléphoniques avec différentes demandes : horaires d’ouvertures, adresse e-mail, visites guidées proposées, itinéraire pour se rendre à l’office depuis la gare, manifestations à ne pas manquer cet été, existence ou non de vélo en libre-service, liste des spectacles proposés, possibilité de visites guidées en fauteuil roulant ou de réserver son hôtel depuis l’office, existence d’une page facebook.
  • 5 tests e-mail
  • 1 test facebook
  • 1 test site Internet
  • 1 test courier.

Burqa:la Suisse craint pour son tourisme

Le canton du Tessin, en Suisse, a voté la semaine passée pour l'interdiction du port du voile intégral dans les lieux publics. Les professionnels du tourisme craignent des répercussions sur la fréquentation du pays par les riches habitants du Moyen-Orient. 

                      

Le secteur du tourisme suisse s'inquiète des conséquences du vote antiburqa la semaine dernière dans le canton du Tessin et s'attend à un fort recul de la clientèle arabe. 

Selon des professionnels interrogés par le journal SonntagsBlick, les touristes arabes, qui aiment passer leurs vacances en Suisse, pourraient décider de changer de destination après le vote tessinois de dimanche dernier. 

"Peu de touristes font la différence entre le canton du Tessin et la Suisse dans son ensemble", a déclaré Bettina Bhend, porte-parole de l'office du tourisme de l'Oberland bernois, une région très prisée par la clientèle arabe. 

"Une forte baisse de la clientèle du Moyen-orient aurait des conséquences négatives pour toute l'économie de l'Oberland Bernois", a-t-elle ajouté. 

Dans cette région du centre de la Suisse, les touristes du Moyen-Orient représentent 7,2% de l'ensemble des touristes, soit soit presque 4 fois plus qu'en 2006 (2%). 

Pour Sybille Staehelin, qui propose des sorties en tandem en parapente dans la région, 80% de sa clientèle sont des femmes arabes. La plupart volent avec un foulard, et une minorité avec un niqab. Si la burqa devait être interdite sur l'ensemble du territoire suisse, comme le prévoient certains, cela "chasserait nos meilleurs clients", a-t-elle indiqué. 

Etablissements "Muslim Friendly"

Pour les professionnels du tourisme, l'interdiction de la burqa a des répercussions bien plus grandes que celle de l'interdiction des minarets, votée il y a quelques années en Suisse, car les voyageurs se sentiraient limités dans leur liberté personnelle. 

Depuis des années, les hôteliers suisses ont fait des efforts pour attirer la clientèle arabe, très appréciée en raison de son fort pouvoir d'achat. 

Selon le SonntagsBlick, il n'y a plus d'alcools dans les minibars des chambres, un tapis de prière, avec une boussole intégrée est mis à disposition pour les clients arabes, et un Coran remplace la Bible dans le tiroir de la table de nuit. 

Ces mesures font partie d'une campagne lancée par les hôtels de luxe à partir du 21 octobre pour attirer la clientèle arabe dans des établissements "muslim friendly". 

La campagne est orchestrée par Peter Zombori, directeur général du tour opérateur Premium Switzerland. 

Il s'agit d'informer la clientèle arabe de tous les services offerts par les hôtels suisses particulièrement adaptés à leur besoins, comme la vente de maillots de bain burkinis dans les boutiques des hôtels, ainsi que du personnel féminin dans les spa. 

Ces craintes du secteur du tourisme suisse sont exagérées, selon Jean-François Rime, président de l'USAM (Union suisse des arts et métiers), qui défend les PME suisses. 

La directrice de la Fédération suisse du tourisme Barbara Gisi pense tout le contraire : "Les touristes des Etats du Golfe (...) se demandent s'ils doivent venir en Suisse à l'avenir", s'inquiète-t-elle dans le SonntagsBlick. 

 

               


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/video-suiss...

                

Australie - Sydney - Instagram : Un hôtel à partager

Un hôtel australien nouvellement inauguré a trouvé le moyen d'attirer une clientèle accro aux réseaux sociaux. L'hôtel 1888 de Sydney a été conçu avec l'application de photographie mobile Instagram en tête.

La propriété de 90 chambres a une «esthétique contemporaine authentique» qui doit encourager les voyageurs à partager leur séjour avec leurs amis. «La photographie a toujours joué un rôle important pour les voyageurs qui veulent immortaliser leur expérience, mais nous savons maintenant qu'ils veulent partager ces photos sur les médias sociaux, Instagram en particulier», estime Amy Lucas, porte-parole de l'entreprise. Un espace pour se prendre soi-même en photo est mis à la disposition des clients et des clichés tirés du réseau social sont bien en vue sur les murs de l'hôtel, ouvert il y a un mois.

                

 

L'établissement offre même une nuit gratuite à ceux qui ont plus de 10 000 abonnés sur le réseau social! Les utilisateurs d'Instagram ne se sont pas fait prier pour jouer le jeu et, déjà, les photos arborant le mot-clic #1888hotel sont nombreuses sur le réseau social. Elles mettent en vedette les fauteuils aux couleurs vibrantes disposés dans l'hôtel et les inévitables cocktails et assiettes... Juste au cas où l'idée vous aurait effleuré l'esprit, ne vous précipitez pas pour inaugurer le premier hôtel Twitter. Il existe déjà dans l'île de Majorque, en Espagne.

Info: www.1888hotel.com.au/